ETORRE SCOLA : LA MUERTE NO EXISTE

Le jour où Etorre Scola n’est pas mort.

La preuve par trois…des plus grands acteurs italiens :

 

Heureux qui comme Ulysse…

P1040980

Rome – 2009 – vers le Colisée

 

Après la pluie, en fin d’après midi, il y a parfois une lumière jaune qui vient du Palatin.

Silvia sound spirit

CAM00701

 

Les soirs de fête sur les places des villages de la Toscane profonde, on peut croiser d’improbables troubadours.

Lire la suite

La bella Vita

 

FIRENZE, vitrine via antica Dei Fossi

CAM01352

 

 

trottoir d’en face, – ristorante, bas relief, vespa et passante

CAM01357

 

 

 

 

 

 

 

Les vélos

CAM01387~2

Firenze, août 2014

Un groupe de jeunes florentins attablés derrière une foule de vélos, j’aime bien la couleur anthracite et l’ambiance un peu rétro qui émane de cette photo

Firenze

CAM01263~2

Firenze, août 2014

J’ai pris cette photo au petit matin. L’insolite est dans l’enseigne du bar écrite en français ainsi que dans son nom très…convenu.

Le jour où le football est mort

Barcelone, 5 juillet 1982, Italie – Brésil, match qualificatif pour la demie-finale de la coupe du monde

Le Brésil disposait de l’un des plus beaux milieux de terrain de l’histoire du foot.

La flamboyante Seléção de Télé Santana emmenée par le génial Zico donnait l’impression d’être invincible.

zico-2

En face, la Squadra azzurra qui au regard de ses misérables prestations du premier tour, semblait à des années lumières du niveau de jeu des Auriverde.

Et il fallait une victoire aux italiens pour se qualifier alors que le Brésil pouvait se contenter d’un match nul.

Bref..,, c’était déjà plié. Il n’y avait d’ailleurs pour s’en convaincre qu’à se souvenir lors des précédents matchs, du famélique Paolo Rossi qui se traînait sur le terrain.

Comment ce joueur suspendu pendant deux ans et tout juste sorti de prison suite à sa condamnation dans l’affaire du totonero, pouvait-il espérer faire quoi que ce soit contre les extraterrestres du ballon qu’étaient les brésiliens de 82 ?

paolorossi2

Mais Paolo Rossi n’était pas un simple joueur de foot, c’était un roman…et on ne peut pas gagner contre un roman.