C’est tout pourri 14 ! : Star Crash ou l’art du space spaghetti

En 1976 Star Wars invente le space opéra au cinéma. Le premier volet de la saga qui se poursuit toujours après plus de 40 ans obtient un succès planétaire fulgurant. Un véritable défi pour Cinecitta qui en ce temps là est le sanctuaire de la photocopie toute pourrie des westerns et autres péplums américains. Si les producteurs italiens n’avaient jamais vraiment cru dans la SF tout est désormais différent. Vont voir ce qu’il vont voir ces putains d’amerlocs !

Lire la suite

Stephane Audran : la classe est éternelle

Une élégance un peu glacée, des apparitions torrides à l’écran, une silhouette altière, des yeux et une voix irréels, des jambes à faire pâlir Cyd Charris, une chevelure fauve, c’était Stéphane Audran.

Une vamp du cinéma mais d’abord une grande comédienne dont la présence, l’autorité, la distance et la sensibilité lui autorisaient de toucher à tous les registres.

La classe !

Reste une question qui en tant qu’inconditionnel de la Dame continue de me travailler. Pourquoi avait-elle choisi un prénom de scène masculin ? Elle ne le savait pas disait-elle. Encore un mystère qu’elle emportera.

De façon mécanique, trois autres actrices qui me passent par la tête quand je pense à Stéphane Audran :

Marlene Dietrich

Kim Novak

Maureen O’hara

Allez savoir pourquoi ?

 

 

 

Don Quichotte est mort : Top 5 Rochefort

« Ci gît l’hidalgo redoutable qui poussa si loin la vaillance, qu’on remarqua que la mort ne put triompher de sa vie par son trépas. Il brava l’univers entier, fut l’épouvantail et le croque-mitaine du monde ; en telle conjoncture, que ce qui assura sa félicité, ce fut de mourir sage et d’avoir vécu fou. »     

                                                                                                                                        Cervantes                                                                                                                                                                                                                                                              

« Il était le seul et unique Don Quichotte ». C’est ainsi que Terry Gilliam a réagi à la mort du grand albatros du cinéma français.

 

Lost in la Mancha

 

Jean Rochefort n’aura donc finalement jamais incarné le héros de Cervantes à l’écran. Cest un peu comme si Peter Falk avait été privé de Colombo. « L’homme qui tua Don Quichotte » aurait probablement été la consécration d’un acteur hors norme mais le rêve a tourné au cauchemar . La faute à un tournage calamiteux tant sur le plan humain que matériel. Ultime ironie du sort, c’est au moment de la mort de Jean Rochefort que Gilliam qui décidemment n’abandonne jamais, annonce 18 ans après que le film est finalement tourné après la 6ème tentative et sorira dans les salles en 2018. De Jean Rochefort en Don Quichotte, il ne reste pour la postérité que quelques images dans le making of « Lost in la Mancha » qui raconte le tournage raté de 2000.

Et pourtant si on peut qualifier une carrière de picaresque, c’est bien celle de cet acteur prince sans rire dont la filiation est à rechercher du côté de Jacques Tati. De la comédie au drame, il avait su créer au fil des rôles un personnage à l’élégance décalée, une sorte de french touch dont il était dépositaire avec ses amis Mariel et Noiret.

 

ob_1d85c1_rochefort-ok

 

Voici le Top 5 de ses films selon Lombrieur

Et oui, Jean Rochefort ce n’est pas seulement l’acteur de « Un éléphant ça trompe énormément » et  de « Nous irons tous au Paradis », c’est aussi d’autres très grands films :

 

5. Il faut tuer Birgit Haas 1981, les années de plomb

 

 

 

 

4. L’Horloger de Saint Paul 1974, la vie au temps du giscardime. Encore une confrontation avec Noiret

 

 

 

 

3. Le Crabe-tambour 1977, splendeur et déclin de la France coloniale  

 

 

 

2. Le mari de la coiffeuse 1990, danseur oriental

 

 

 

1. Tandem, 1987, qui a dit que Rochefort n’aura jamais incarné Don Quichotte ?

 

 

 

Bonus. Angélique 1964, François Degrez – Remember the name !

 

 

Primaire de la Droite : Les griffes de la nuit

Suppression de 500 000 fonctionnaires, des 35 heures, du principe de précaution environnementale, non remboursement des dépenses de santé, augmentation de la TVA, dégressivité de l’allocation chômage, assouplissement des règles de licenciement, récit national, apologie de la colonisation, autonomie des établissements scolaires…:

Un cauchemar français en train de devenir réalité.

Freddy a gagné, mort au peuple  !

freddy-krueger1-1

Quand Spartacus recadre Donald l’imposteur : leçon d’Amérique !

Kirk Douglas, le dernier des géants du cinéma américain a conservé toute sa classe et tout son tranchant. La preuve, le coup de patte que ce grand félin vient d’adresser à Donald Trump  sous la forme d’un édito publié dans le Huffington Post.

Ci-dessous la traduction française faite par Bamiyan Shiff :

Lire la suite

Fanny Bastien, plus sombre est la lumière

 

une

Elle aurait pu être une star mais elle a préféré rester une saltimbanque. A la fois troublante, discrète, raffinée et lumineuse, à plus de cinquante ans Fanny Bastien est toujours aussi envoûtante que déroutante. Lire la suite

ETORRE SCOLA : LA MUERTE NO EXISTE

Le jour où Etorre Scola n’est pas mort.

La preuve par trois…des plus grands acteurs italiens :