Je ne veux pas mourir ce soir

Une seule définition connue du « bobo » à ce jour : « une personne qui a des revenus sans qu’ils soient faramineux, plutôt diplômée, qui profite des opportunités culturelles et vote à gauche » 2010 –  Camille Peugny sociologue.

Et alors? C’est un problème ? C’est contagieux ?  Parce que j’en connais d’autres.

En attendant le bobo sait écrire, composer, arranger, chanter et il a de très beaux clips. L’un des plus grands de sa génération dans la chanson française.

La preuve :

 

Merci Vincent,

et puis qu’est ce qu’ils en savent que tu votes à Gauche ?

C’est tout pourri 13 ! : Dschinghis Khan

Dschinghis Khan en français Genghis Khan est la preuve  que le tout pourri allemand n’a rien à envier à personne.

La chanson et le clip Moskau 1979 sont des exemples de la sobriété et de l’authenticité de ce fleuron du genre en Allemagne. Bien loin des relents commerciaux de Village peoples, on sent chez Dschinghis Khan une implication désintéressée et un talent pour le tout pourri d’une rare intensité.

Reconnaissance ultime, le groupe représentera l’Allemagne à l’Eurovision.

 

 

Supergeil

Supergeil, une pub allemande décalée pour une chaîne de supermarché avec en vedette Friedrich Liechtenstein, le king de la varietoche teutonne ringarde.

Le principe est simple : le bonhomme déguisé en mafieux poussif s’incruste partout dans la vie quotidienne des consommateurs avec une litanie de produits plus improbables les uns que les autres.Le tout se termine par une danse macabre au milieu de vendeuses too much.

Comme quoi  le croque-mitaine est à la mode…et pas qu’en France dans la primaire de la droite !

Massy INC : Le Sexe

Le L –ombrieur– présente Massy INC

Ils ne s’intéressent qu’au sexe !

Avant la fin du monde

Le clip ultime de Léopoldine HH

C’est tout pourri 12 ! : Joëlle Mogensen Chez Danièle Gilbert

On ne pouvait pas nier au groupe « Il était une fois » un vrai talent pour faire des tubes qui collaient à leur époque, même si parfois c’était justement franchement pégueux. Après tout, c’est quand même à eux qu’on doit la fameuse envolée lyrique sur les draps qui s’en souviennent.

Quant à Joëlle Mogensen, chanteuse du groupe et probablement la véritable star ultime de la variétoche française des années 70, elle savait se sortir à son avantage de toutes les situations, même des plus toutes pourries.

Démonstration culte avec ce direct de midi première ou elle est affublée d’un accoutrement infâme et propulsée avec ses acolytes dans un décor qui fait penser à un concours de l’eurovision en Lettonie dans les années 70. Bref…du bon vieux tout pourri bien de chez Danièle.

Et malgré cet environnement particulièrement hostile, Joëlle nous sort un « viens faire un tour sous la pluie » plus qu’honorable avec un sourire ultrabright, en arrivant à ne pas faire pétasse et sans oublier de déclencher son fameux « woooouuuu, viens faire… »

 

 

Trop classe Joëlle !

Delilha – Go

Une voix, une gueule,…A suivre