Dégage (de la Terre) du Milieu Peter !

J’ai vu le 3ème volet du Hobbit. Pauvre Tolkien, méritait pas ça…

Il est vraiment tout pourri ton film Peter, va te lire un livre de JRR.  Tu comprendras que Tolkien c’est pas comme un jeu de baston sur PS4 avec une orgie d’effets spéciaux de merde et des elfes aux oreilles pointues (les elfes de Tolkien n’ont pas les oreilles pointues) !

En sortant du ciné, qu’une envie : relire quelques lignes de l’auteur du Seigneur des anneaux afin d’oublier le wargame dégoulinant de Peter Jackson et retrouver un peu de la magie de la Terre du Milieu, celle qui a marqué plusieurs générations de lecteurs et ouvert la voie à un nouveau genre littéraire.

Je me suis donc replongé dans la légende que je préfère, celle des enfants de Hurin ( Narn i chîn Hurin). Tolkien avait déjà abordé le sujet dans  Le Silmarillion et un chapitre lui était également consacré  dans  ses contes et légendes inachevés. Plus récemment Christopher Tolkien qui depuis plusieurs décennies s’efforce d’exhumer et de publier l’importante matière laissée par son père, a consacré un volume entier aux enfants de Hurin. Il s’agit de la version la plus achevée de ce récit, probablement l’un des plus étranges qu’ait pu créer Tolkien.

Dans  cet opus posthume, on se retrouve donc dans le bruit, la fureur et l’obscurité du premier âge de la Terre du Milieu, des milliers d’années avant l’époque de Bilbo le hobbit ou du Seigneur…. Comme le titre le laisse supposer, Il est question de la Maison de Hurin, seigneur des hommes de Dor Lomin et tout particulièrement de son fils Turin Turambar, le maudit.

map_beleriand

Dès les premières pages, il est évident que dans la famille Tolkien, on ne rigole pas avec l’oeuvre du patriarche –prend ça dans ta gueule Peter !-. La narration est construite dans le plus grand respect de ses écrits et de ses intentions. L’abondance des notes en fin de volume laisse entrevoir l’ampleur du travail fourmi par le fiston qui incontestablement apporte encore au charme de cette légende.

Turin est certainement le personnage le plus complexe et le plus torturé de l’oeuvre et de l’univers de Tolkien. Seigneur déchu et quasi orphelin, errant dans une époque troublée, il est en quête de son identité mais aussi d’une inaccessible rédemption. Il y a un peu d’Oedipe ou de la malédiction des Atrides dans son destin à jamais marqué par le meurtre et l’inceste.

Ce n’est pas un hasard si la vie d’adulte de Turin commence juste après le grand fait de son temps, les larmes innombrables, bataille décisive ou les hommes et les elfes se voient irrémédiablement défaits par Morgoth, le premier seigneur du mal. Turin au contraire des 9 marcheurs de la communauté de l’anneau, ne change pas l’Histoire par ses hauts faits. Il a même toujours un temps de retard sur elle, forgeant son mythe dans des combats d’arrière garde et ne faisant au final que subir l’engrenage des événements.

La narration dépouillée portée par une écriture simple, première même, est en parfaite harmonie avec l’époque reculée, les terres sauvages et l’ambiance crépusculaire dans lesquelles s’inscrit le récit. Elle installe le lecteur dans l’étrange lenteur d’un âge mythique où le temps n’en finit plus de s’échapper à petits pas.

Alan_Lee_-_Nargothrond

Tolkien a imaginé Les enfants de Hurin alors qu’il prend part sur le sol français aux combats sanglants de la première guerre mondiale. Difficile de penser que ce contexte n’est pour rien dans la cruauté et le désespoir qui président à l’histoire et notamment au destin de Turin. C’est pas vraiment de la dark fantasy non plus… plutôt de la dépressive fantasy.

L’une des forces du conte réside dans ses personnages secondaires qui sont d’une humanité poignante, y compris les elfes (sic!).  Hurin, contraint de contempler en spectateur impuissant la chute de sa lignée, Mîm, le nain à la rancune tenace, Gwindor, l’elfe brisé, Glaurung, incarnation visionnaire du mal, Sador, le vieux compagnon d’enfance ainsi que le valeureux Beleg Cúthalion qui sacrifiera sa vie d’immortelle pour Turin, contribuent tous à donner à ce texte une authenticité toute particulière.

Quant aux femmes, elles sont enfermées dans le même paradoxe que dans le Seigneur des Anneaux. A la fois des vecteurs essentiels de l’intrigue mais condamnées à subir, qu’elles soient mère, sœur ou amante. Seule Eowyn du Seigneur… a valeur d’exception dans la galerie des héroïnes de la Terre du Milieu mais son état de vierge guerrière laisse à penser que sa féminité est le prix à payer pour qu’elle puisse devenir maîtresse de son destin. Cela à de quoi laisser songeur sur la vision des femmes que pouvait avoir Tolkien.

turin_and_glaurung

 

Les Enfants de Hurin est donc un très beau texte laissant deviner hors champs du récit, un vaste univers qui ne demande qu’à se découvrir plus avant à l’occasion d’autres œuvres du maîtreComme la plupart des grandes légendes, celle-ci sous couvert d’une certaine naïveté, réveille en nous quelques interrogations fondamentales mais aussi des peurs enfouies. A découvrir pour ceux qui veulent comprendre l’essence de la Terre du Milieu et aller plus loin que Bilbo qui malgré sa notoriété, n’en reste pas moins une oeuvre que son auteur considérait comme assez secondaire.

Il reste maintenant à souhaiter que Peter Jackson n’ait pas la mauvaise idée d’un nouveau film – mais pourquoi pas venant du Del Toro du Labyrinthe de Pan ?– à partir de cette matière restait vierge jusqu’ici de toute adaptation cinématographique. On peut avoir bon espoir dans la mesure où personne n’a acquis les droits du Silmarillion et que les légendes qu’il contient semblent très difficilement adaptables aux canons des blockbusters actuels : trop d’états d’âme et pas assez de castagne pour ce bon vieux Peter.

il_570xN.300392126

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s